Le lac
pantoum* fermé, rimes embrassées

J'avais pour projet d'écrire ce rêve « étrange
et pénétrant » sous forme d'une cyclanelle**.
Alors que j'en avais déjà trouvé les rimes
et les principales images, la construction
me résistait.
Je me suis peu à peu convaincu que le sujet
pouvait se traiter de façon plus linéaire et
qu'il serait mieux rendu par un pantoum
…que j'ai alors écrit sans trop de difficulté.



 *  Cf. Versification/Abrégé/Formes fixes
** Cf. Versification/Abrégé/Formes modernes

Paris, décembre 2023.

Clair de lune sur un lac

Le lac


Au fond du sanctuaire où le rêve m’entraîne
Le lac m'attend, secret, de murmures empli,
Et mon pas se fait lourd sur le sol ameubli
Quand j'accède au glacis de sa berge d’arène.

Le lac m'attend, secret, de murmures empli,
Son calme est le reflet de la mort souveraine…
Quand j'accède au glacis de sa berge d’arène,
La lune effleure l'eau de son masque pâli.

Son calme est le reflet de la mort souveraine
Sous un ciel sans étoile au futur aboli !
La lune effleure l'eau de son masque pâli
En un long chapelet de perles qui s’égrène.

Sous un ciel sans étoile au futur aboli
J'écoute, ô crève-cœur ! sangloter la sirène
En un long chapelet de perles qui s’égrène,
Éveillant maint écho refoulé dans l'oubli.

J'écoute, ô crève-cœur ! sangloter la sirène
Et mon pas se fait lourd sur le sol ameubli,
Éveillant maint écho refoulé dans l'oubli
Au fond du sanctuaire où le rêve m’entraîne.